Préparation corporelle

6 points essentiels pour bien respirer en chantant

 

Posture chant
Photo de Mor SHANI

Vous êtes chanteur (se).

Vous êtes debout devant la fenêtre ouverte.

Vous vous sentez relaxé (e).  Vous vous concentrez sur votre souffle. Tout va bien. Vous pensez plaisir. Le chant est un bénéfice pour le corps et l’esprit.

La colonne vertébrale est droite, le bassin bien aligné et les pieds légèrement écartés. C’est une posture qui vous permet de bien respirer et la qualité de la posture a une influence indéniable sur la qualité de votre son !

 

 Note Posez la main sur votre ventre. Inspirez profondément par la bouche ou par le nez en remplissant le ventre par le bas, comme une bouteille, pendant 3 secondes. Bloquez pendant  3 secondes. Expirez lentement par la bouche jusqu’à vider l’air du ventre. Faites cet exercice 3 fois en étant attentif(ve) à vos sensations et aux parties du corps sollicitées.

 NoteNote Inspirez comme  ci-dessus. Bloquez pendant 3 secondes. Prononcez (ne chantez pas!) calmement et posément la phrase suivante : “A la claire fontaine m’en allant promener, j’ai trouvé l’eau si belle que je m’y suis baigné”.

 NoteNoteNote Inspirez comme ci-dessus. Pausez 3 secondes. Puis chantez cette même phrase de votre plus belle voix (même si vous débutez, visez le beau !)

Que ressentez-vous? 

     Quelles parties du corps ont été sollicitées? 

        Quelles différences y a t-il entre respirer en parlant et respirer en chantant? 

Le ressenti : dérouler un fil…

Lorsque vous parlez, vous ne réfléchissez pas à la gestion de l’air. Vous parlez sur l’expiration et inspirez brièvement lorsque l’air manque. C’est le ton, le sens du message qui vous guident pour savoir quand reprendre votre souffle. Cela se fait de façon naturelle. En débutant le chant, vous aurez la sensation de devoir apprendre à respirer.

Pour chanter, vous avez dû économiser votre souffle pour terminer la phrase et doser l’air pour qu’il vous en reste jusqu’au bout. En chantant, en formant des phrases musicales, vous avez dû maintenir de manière contrôlée et constante le flot d’air.

C’est bien là le principe du chant : comme un fil déroulé. L’inspiration s’est faite sans effort, mais pour chanter, vous avez retenu une quantité d’air et avez déroulé ce fil. Ceci est moins naturel que de parler et nécessite du travail, d’autant plus que la phrase chantée fait appel à divers appuis et parties du corps.

 

Femme qui souffle
Photo de Leighann BLACKWOOD. Unsplash

Regardez ce pissenlit.

Vous soufflez dessus pour voir les pétales se détacher de manière progressive et constante pendant 15 secondes. En faisant cela, vous sentez la colonne d’air qui s’élève de l’abdomen et que vous soutenez. 

Bulle bleue
Photo de Daniel HANSEN. Unsplash

Imaginez-vous souffler sur cette bulle  le plus longtemps possible pour qu’elle ne retombe pas. Sans reprendre votre souffle. C’est là toute l’idée.

Quand ça se passe mal !

Si le souffle est mal géré, les problèmes surgissent  : perte du  souffle (ne pas finir ses phrases), gêne, sensations de tiraillement et inconfort.

Mal gérer son souffle c’est  ne pas :

  • respirer au bon endroit,
  • inspirer assez d’air,
  • mobiliser les bonnes parties du corps.
C’est expirer trop vite ou trop longtemps.

En bref, ne pas assez soutenir la colonne d’air.

Les parties du corps sollicitées

Apprendre à respirer implique donc de comprendre le rôle des parties du corps sollicités. ET s’approprier ce corps !!!!   Winking smile

Sur la radiographie ci-dessous, vous pouvez observer et localiser les poumons, la cage thoracique, le sternum et le diaphragme. Ce ne sont évidemment pas les seules parties du corps impliquées dans le chant, mais il est essentiel de comprendre leur fonctionnement.

Contrôler le souffle

Lorsque vous expirez, les poumons se vident d’air et la cage thoracique s’affaisse. Le diaphragme, placé à la base des poumons, se relâche et prend alors une forme de dôme. Ce muscle qui est responsable de 70% de l’air inspiré sépare la cavité thoracique de la cavité abdominale. Lorsque l’on inspire, le diaphragme, contracté prend une forme aplatie et baisse alors que les poumons sont tirés par le bas.   Il est soutenu par les muscles abdominaux pour bouger vers le haut doucement pendant que la cage thoracique augmente de volume. Cela permet au chanteur d’avoir un contrôle total sur son souffle.

Le sternum qui est un os plat, est situé à l’avant, là où se rejoignent les dernières côtes. Posez le poing juste en-dessous, à hauteur du diaphragme, pour sentir la pression exercée : inspirez longuement et profondément, puis bloquez 3 secondes et  prononcez “sss…” pendant 15 secondes. Sentez-vous la pression ? L’abdomen s’est gonflé et a repoussé votre poing : c’est un appui pour chanter.

Et le périnée !

Différents muscles sont donc impliqués dans le processus de respiration. Il faut parler également des muscles du plancher pelvien (périnée) qui retient les structures du bas de l’abdomen. Et oui, celui qui demande à être musclé après un accouchement. Si cela ne vous parle pas, il s’agit du muscle du “pipi”. Celui qui vous permet de vous interrompre pendant que vous urinez. (C’est ainsi que vous le sentirez, hommes et femmes!). Relâché lors de l’inspiration et contracté lors de l’expiration, il exerce une pression sur l’abdomen, ce qui permet également un meilleur contrôle de l’expiration au chant.

Les différents types de respiration

A cela s’ajoutent les différents types de respiration à connaître pour utiliser au mieux tout le potentiel de votre voix. La respiration thoracique est dite émotionnelle et instinctive : la cage thoracique s’expand et prend du volume mais les poumons se remplissent à moitié. Avec la respiration abdominale, l’abdomen augmente de volume mais la poitrine ne bouge  pas. Avec la respiration claviculaire, c’est la partie supérieure des poumons seulement qui s’expand.

La respiration abdominale reste ainsi  la respiration privilégiée pour chanter car c’est celle qui permet de retenir une quantité d’air importante dans les poumons. 

Alors, que faire pour bien respirer en chantant?

Voici les 6 points essentiels :

1) Se relaxer. (Pensez plaisir !).

2) Adopter une bonne posture.

3) Inclure des exercices de respiration variés dans votre routine pour renforcer les muscles impliqués et apprendre à les détendre.

4) Connaître les différents types de respiration.

5) Soutenir la colonne d’air en toutes circonstances !

6) Et …ne pas oublier de respirer pendant que vous chantez : le stress peut provoquer des oublis !


Pas d’inquiétude, vous gagnerez en endurance et en contrôle. Peu à peu, la respiration du chant deviendra une seconde nature. Souvenez-vous que sans bonne maîtrise de la respiration, il ne peut pas y avoir de bonne maîtrise du chant.

Entraînez-vous d’ores et déjà sur des chansons que vous connaissez et qui sont simples pour vous. Dans un prochain article, je vous donnerai des exercices à intégrer dans votre pratique.

N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez. Cet article, vous a t-il aidé (e)?

Respirez! Vous êtes là pour chanter !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  •   
  •  
  •  
  • 2
  •  

2 commentaires

  1. Camalet a dit :

    Ah ouais j’adore surtout pour ma fille de 16 ans merci

    1. Karine a dit :

      Bonjour Camalet,

      Merci beaucoup pour le commentaire. Votre fille peut commencer (ou continuer) le chant en suivant ces conseils. Qu’elle n’hésite pas à me faire part de ses difficultés. Des articles sur la technique vocale seront publiés prochainement.

      Bienvenue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.